Chiffres


 

Cyclamed consolide ses résultats quantitatifs et sa performance reste stabe à un taux de récupération de 63 %. Alors que le nombre de boîtes de médicaments vendu en officine est stable et que la population croît et  vieillit, l’association se place ainsi parmi les éco-organismes qui continue sa performance.

 Ces résultats de la collecte des médicaments non utilisés, à usage humain, s’expliquent principalement :

-       Par la poursuite de l’implication des citoyens et des pharmaciens.

-       Par la fidélisation croissante des consommateurs à ce geste éco-citoyen.

-      Par une augmentation des iniciatives Cyclamed en TV et sur le digital avec pour objectif d’élargir à des cibles plus jeunes et de faire des économies budgétaires.

Pour l’année 2016, les résultats quantitatifs sont analysés en détail pour bien se rendre compte de la performance réelle. 15 874 tonnes ont été valorisées par les pharmacies françaises et regroupées par les grossistes répartiteurs avant leur valorisation à des fins énergétiques.

Pour délivrer le tonnage précis des Médicaments Non Utilisés, comme l’an dernier, nous avons décidé d’enlever deux éléments :

-       Le tonnage des cartons Cyclamed contenant les MNU (environ 1 400 tonnes)

-       Le tonnage de produits de parapharmacie et vétérinaires qui ne sont pas des MNU (soit environ 1 900 tonnes). 

Le tonnage réel de MNU collectés en 2016 est donc de 11 884 tonnes, soit une évolution de -1,9 % par rapport à 2015. La moyenne nationale correspond à 181 grammes par habitant en 2016.

Ainsi, en rapprochant la collecte des MNU de 11 884 tonnes avec le gisement de 19 000  tonnes (étude CSA 2017), la performance du dispositif Cyclamed s’élève à 63%.

La valorisation énergétique est réalisée dans 55 unités de valorisation. Elles sont sélectionnées par leur conformité aux normes environnementales et elles récupèrent l’énergie pour éclairer et chauffer des logements.

> Découvrez les résultats quantitatifs

Des Français concernés

L’enquête confirme un niveau de tri élevé, puisque 79 % des Français déclarent déposer leurs Médicaments Non Utilisés (MNU) chez le pharmacien, dont 70% d’entre eux les rapportent toujours ou souvent.

Un taux qui se renforce au fil des années, notamment de la part de ceux qui réalisent systématiquement cette action éco-citoyenne (+ 5 points par rapport à 2015). Ce sont surtout les plus de 50 ans (87%), les femmes (86 %), les personnes habitant des communes rurales.

Parmi les personnes qui rapportent systématiquement leurs Médicaments Non Utilisés, 71 % le font « toujours » en 2016 . Cela montre une mobilisation et une fidélisation très fortes de ce « réflexe » pour une grande partie de la population.

Un quart des personnes déposant leurs MNU en pharmacie déclare déjà séparer les boîtes en carton et notices pour les recycler avant de rapporter leurs médicaments. 74 % de ceux qui ne le font pas encore, seraient prêts à le faire.

> Découvrez l’étude sociologique grand public BVA

Moins de Médicaments Non Utilisés dans les foyers

L’étude sur l’évaluation du gisement des MNU menée par l’Institut CSA a été reconduite en 2016, après celles de 2010, 2012 et 2014, auprès de 500 foyers représentatifs de la population française. Le gisement en masse annuel des MNU était de 477 grammes par foyer en 2010, 439 grammes en 2012, et 358 grammes par foyer en 2014. Il est désormais de 323g par foyer ce qui révèle une baisse très significative de 10 % par rapport à 2014. L’évaluation du gisement annuel en masse des MNU pour les foyers français serait de 19 000 tonnes (contre 23 300 tonnes en 2012 et 19 200 en 2014).

Le gisement annuel en masse des MNU des foyers français a diminué de 200 tonnes entre 2014 et 2016, soit alors que le nombre de foyers a augmenté de 500 000.

Parmi les facteurs expliquant cette baisse, nous pouvons citer :

  •  La baisse de la consommation des médicaments
  • La baisse des prescriptions
  • Les campagnes sur le Bon Usage faites par les autorités et les professionnels de santé(médecins, pharmaciens, industriels) pour sensibiliser les patients à une bonne observance
  • Une vigilance accrue des citoyens vis-à-vis des médicaments, pour ne conserver dans leur armoire à pharmacie que les médicaments les plus utiles à leur traitement.

Grâce à la synergie entre l’information de proximité délivrée par le pharmacien d’officine et notre campagne télévisée pour le grand public, le « réflexe Cyclamed » devient de plus en plus un geste naturel en faveur de la protection de l’environnement et de la santé publique.

« Les médicaments sont utiles, ne les rendons pas nuisibles »

> Découvrez notre communiqué de presse 2017 

> Découvrez notre dossier de presse 2017 

Mise à jour 16 mai 2017

En savoir plus

Cyclamed en bref

Cyclamed en vidéo